Les lacsLes lacs

Les lacs

Saint-Savin abrite une quinzaine de plans d’eau : Les lacs Clair, Jublet, Gris et Mort.

Le lac Clair et le lac Jublet, reliés par une zone marécageuse, bénéficient d’un classement en ENS (Espace Naturel Sensible) destiné à protéger leur biodiversité.

Ces lacs présentent la particularité d’être exclusivement alimentés par une nappe phréatique, à l’exclusion de tout cours d’eau. Une originalité qui leur confère une flore et une faune rare adaptée à l’intermittence de l’eau.

Le Lac Clair 

 

Cuvette argileuse de 8 hectares, il se compose aussi du Grand Gaillot 5 hectares, et du Jublet 10 hectares, où  se trouvent les sources qui alimentent le lac.

Il est aussi alimenté pendant la période d’hiver par des sétives lorsque les terrains sont gorgés d’eau. Son niveau dépend surtout de la nappe phréatique. Les Anciens prétendent qu’il est alimenté par la fonte des neiges du Mont Blanc.

En 1973, une pompe électrique de 300 m3/h fut installée par la société de pêche pour assécher le lac plus rapidement afin de détruire les poissons chats très nuisibles qui, l’infestaient depuis plusieurs années.

Les alternances régulières des hautes et basses eaux du lac sont bénéfiques à une certaine forme de végétation. Quelques espèces rares et protégées germent après plusieurs années passées sous l’eau. Ainsi, le Lac Clair est le seul endroit en Isère, où la laîche de bohème, espèce eurasiatique, se développe pleinement.

En 1990, il ne restait qu’une petite flaque de 20 cm de profondeur. Une pêche au filet fut organisée pour sauver le poisson. Parfois, le lac s’assèche ; 1944 – 1946, 1973 (il est mis en culture : blé, avoine et maïs furent récoltés en abondance) et plus récemment, en 2008 - 2011.

.

Différentes espèces de poissons peuplent et se reproduisent dans le lac : gardons, rotengles, tanches, carpes, brochets, perches-soleil, perches royales et black bass.

En prenant le chemin du Jublet et en s’approchant du bord de l’eau, on peut observer plusieurs espèces d’oiseaux aquatiques : grèbe huppé, héron cendré, butor, plongeon arctique, canard colvert, foulque noire et plus rarement, martin pêcheur.

La société de pêche « Les Amis du Lac » créée par Jean-Louis GRANDJEAN en 1938, en collaboration avec la municipalité gère et entretient cet espace pour le plaisir de tous.

Le lac Gris 

Le lac Gris est partiellement rempli par les eaux de ruissellement. Il est en relation avec la nappe, dont elle contribue à l’alimentation en eau. Lorsque les niveaux d’eau de la nappe sont suffisamment hauts, les eaux du lac et de la nappe sont mises en relation. Aucun exutoire efficace n’existe pour le lac Gris. Historiquement, des canaux d’exutoire en pierres et céramiques auraient été creusés entre les maisons du hameau de Demptézieu.

Le lac Mort

L’alimentation en eau du lac Mort semble venir essentiellement des eaux de ruissellement. Il joue le rôle de bassin tampon pour le bassin versant auquel il appartient. Cependant, lors d’une importante remontée du niveau de la nappe, celle-ci pourrait également l’alimenter en eau.  

 

 

Le lac Mort et le lac Gris étaient utilisés comme zone de pâture jusque dans les années 1980-1990. Leur mise en culture est continue depuis lors, sauf les années de hautes eaux.