Fontaines de Saint Savin

Fontaines de Saint Savin

Dès le début du XIXème siècle, l’approvisionnement de la population en eau potable se fait presque exclusivement par les fontaines. Les fontaines ont été un des facteurs d'hygiène, en limitant le risque de maladies véhiculées par les puits.

La fontaine de la Rémonde 

Depuis longtemps, les habitants réclamaient une fontaine au lieu dit "Le Grand Four". Le 5 mai 1854, lors d'une réunion du conseil municipal, les plans et les devis de cette fontaine sont adoptés. Cette fontaine sera placée vers la croix du Grand Four. 

La fontaine de la Grande Charrière

En 1861, les habitants de la Grande Charrière étaient munis de réservoirs de diverses sortes qui les alimentaient en eau. Cette eau s'est avérée non potable. Par conséquent, le conseil municipal de Saint Savin a décidé de construire une fontaine à La Grande Charrière, le 21 mai 1861. Celle-ci sera placée vers la croisée des chemins, au lieu de la montée du Rivier, à l'angle de la terre de M. le Comte de Menon. 

En 1869, les travaux de cette fontaine s'achèvent.

 

La fontaine du Clair

En 1867, la commune de Saint Savin a constaté qu'une partie partie du village, notamment les habitants du hameau du Rieu, étaient privés d'eau de source. La population se servait de l'eau tirée de puits souvent malsain et préjudiciable à la santé publique. 

Par délibération du 22 mai 1866, la commune de Saint Savin a fit l'acquisition des eaux gisant sur des propriétés privées afin d'alimenter la fontaine du clair, qui fût construite en 1869.

La fontaine de Flosaille 

Le 25 juin 1928, une analyse des eaux au hameau de Flosaille a été faite par l'institut d'hygiène à Lyon. Le résultat de cette étude démontre que l'eau est assez calcaire ; elle est peu propre à la cuisson mais peut être consommé sans inconvénient pour la santé. 

Après étude du sol, la commune est autorisée à capter les eaux du Clair pour l'alimentation du hameau de Flosaille. 

Cette fontaine voit le jour le 19 janvier 1930. 

 

Pierres à Cupules :

Commune de Saint Savin / Carte I.G.N. 1/25 000e – BOURGOIN-JALLIEU 7-8

Il existe, dans le village même de Saint Savin, une fontaine recouverte d’un dôme fait de blocs erratiques. Dans le pilier arrière droit de cet édifice se trouve encastrée une belle pierre à cupules. Elles sont au nombre de cinq sur une surface plane verticale. Deux d’entre elles, les plus importantes, présentent un poli de façonnage tout à fait remarquable. Le bloc provient sans doute des alentours.

PIERRES A CUPULES               

Il est à remarquer que de tout temps, et de nos jours encore, certaines pierres ont été considérées ou sont considérées comme sacrées. La grosse majorité des pierres dites sacrées, portent des cupules, c’est-à dire de petits godets réguliers et de différentes dimensions.

Certaines autres portent des empreintes humaines (pieds et mains), d’autres enfin, des empreintes animales (pieds), dont la destination semble superstitieuse.

D’autre part à Billième (Savoie), vers 1897, avaient été découvertes une dizaine de pierres sculptées dont deux portent des croix évidemment plus récentes et qui marquèrent peut-être, les premiers pas du christianisme sur notre sol. Il y a lieu de rapprocher ces pierres de celle trouvée à Châtillon, près Bourgoin.

Les cupules de forme hémisphèrique ou tronconique, varient en général entre 3 et 15 cm de diamètre et 1,4 à 4,5 cm de profondeur. Elles sont habituellement réunies en nombre plus ou moins considérable à la surface de blocs erratiques, de rochers en place et sur des monuments mégalithiques. Ces cavités, le plus souvent remplies de poussières ou envahies par les lichens, les mousses ou le gazon, ont en général peu d’apparence et passent inaperçues de ceux qui ne se doutent pas de leur antique signification.

Lorsque les cavités dépassent les dimensions ainsi attribuées aux cupules, il convient de leur donner le nom de bassins. Ceux-ci affectent également le plus souvent la forme concave d’une demi-sphère, mais parfois leur paroi est verticale et le fond plat.

Sauf quelques rares exceptions, ces cavités sont creusées à la partie supérieure de blocs ou rochers.