Les enceintes du château de Demptézieu

Les enceintes du château de Demptézieu

Même disparues, les enceintes laisseront à jamais des traces de leur passage à Demptézieu dans la structure générale de l'habitat du village.

Demptézieu au Moyen-Age : une cité puissante à l’abri de ses remparts.

Pour lutter contre les hordes « Barbares », dès la fin du 10e siècle, de nombreux châteaux se sont élevés. Ainsi, Demptézieu, de par sa position géographique et sa route en direction de la puissante Abbaye de Saint Chef, vit se construire un petit château médiéval en bois, sur motte castrale, entourée de fossés (certainement à l’emplacement de la poype : cimetière actuel).

Après avoir appartenu au royaume de BOURGOGNE, à l’Archevêque de VIENNE, Demptézieu fut cédé, en 1029, au Comte de Savoie. Dès lors, le château de Demptézieu, de par son intérêt stratégique à la frontière entre la Savoie et le Dauphiné, prit de l’ampleur avec la construction, de tours, d’enceintes et d’un donjon.

La cité de Demptézieu se développe durant deux siècles. Le mandement de Demptézieu devint dauphinois en 1314, puis français en 1349 avec le transport du Dauphiné à la France.

Un accord entre le Roi de France et le Comte de Savoie fixait en 1355 définitivement les frontières, bien loin de Demptézieu. Peu à peu, les enceintes et les tours ne furent plus entretenues. Seuls le corps principal du château et ses terres conserveront un intérêt aux yeux des seigneurs et châtelains de Demptézieu.

A la découverte des enceintes oubliées de Demptézieu :

L’approche du château était défendue par près d’une quinzaine de tours échelonnées et reliées par un mur d’enceinte de 1,30 m d’épaisseur, sur un tour d’environ 800 m. Ces ouvrages, garnis de meurtrières et de créneaux, couronnaient les pentes abruptes de la Combe et du Châtelard, s’étendaient du côté de l’église en l’entourant, et de là, décrivaient un angle obtus (près de la poype : butte artificielle en terre), traversaient l’ancien champ de foires et allaient rejoindre le château. Deux portes d’entrée permettaient l’accès à l’intérieur des enceintes, une au Sud, et une au Nord ouest. Un pont-levis aurait également permis l’accès au château par l’Est.

Les enceintes comme l’essentiel des tours ont été détruites au cours des siècles (surtout au XVIIIe et XIXe siècles). Le temps et les hommes ont eu raison de ces murs, mais paradoxalement pas les guerres. Mais des éléments témoignent encore de l’existence et de l’importance de ces remparts.